INTERVIEW DE MARIE, INGÉNIEUR EN GÉNIE CIVILE

Posté dans : Interview | 0

 

PORTRAIT D'UNE FEMME AU CARACTÈRE BÉTON

 

Bonjour Marie, vous exercez le métier d’ingénieur en génie civil. D’après les statistiques, les Femmes ne représenteraient que 13% dans ce secteur d’activité. Comment êtes-vous arrivée à faire ce métier ? 

Après avoir obtenu mon bac, je suis partie en école préparatoire, convaincue que mon avenir rêvé m’attendait dans le métier de contrôleur aérien. Un jour, par le biais d’un projet de fin d’études des classes préparatoires, j’ai mis un pied dans le monde des barrages et je n’ai plus voulu le quitter. C’est pourquoi, j’ai choisi de poursuivre mes études dans un domaine me permettant d’acquérir les bases nécessaires pour me diriger vers le métier que j’exerce aujourd’hui. Ma dernière année d’études a été une année clef dans le développement de ma vie professionnelle : j’ai réalisé une année d’alternance me permettant de me conforter dans mon choix et d’assurer ma volonté de persévérer dans ce domaine. Et me voilà, aujourd’hui ! Toujours passionnée et avec les deux pieds dans ce domaine qui me faisait, fait et fera rêver.

 

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le métier d’ingénieur en génie civil ? 

Mon métier est orienté vers les ouvrages hydrauliques. Je travaille sur des affaires de maintenance d’ouvrages génie-civil tels que des barrages et des écluses. Mes missions peuvent être multiples : diagnostics, travaux de maintenance classique, appui génie-civil en cas de crue ou accident de navigations, etc. Encore au début de ma carrière, j’ai beaucoup à apprendre des ouvrages sur lesquels je travaille, mais affaire après affaire, je monte en compétences. Une facette de mon métier concerne la réalisation d’études. Il faut comprendre le fonctionnement des ouvrages et leur conception d’origine pour apporter les meilleures solutions de réhabilitation en garantissant la sûreté de l’ouvrage. Une autre facette est la réalisation de travaux de maintenance. Pour cela, il faut rédiger des marchés, consulter des entreprises, attribuer les marchés et suivre les travaux.

 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus et ce qui vous plaît le moins dans ce métier ?

Ce qui me plaît le plus, c’est de mettre en perspective les dégradations constatées avec le fonctionnement de l’ouvrage pour en déterminer la cause et réaliser les travaux adaptés. Mais c’est aussi les différents échanges avec mes collègues, mes clients et les entreprises qui réalisent les travaux. C’est un métier qui combine technique et communication ! C’est génial ! Ce qui me plait le moins… rien ! Mais le plus difficile pour moi c’est de gérer mon impatience d’avoir emmagasiné suffisamment d’expérience pour connaître l’historique de nos ouvrages. En répondant à ces questions, je me rends compte qu’il n’est pas évident de mettre sur papier le plaisir de voir, analyser et comprendre ce que nous rencontrons au quotidien dans nos métiers. Il faut le vivre et sentir que nous sommes cette petite pièce qui peut mettre tout en cohérence pour le comprendre. Mais j’espère au moins vous donner envie de le vivre 😉

 

Qu’est-ce que ça implique de travailler avec des hommes ? 

Au quotidien, homme ou femme… ça ne change pas grand-chose. Je tiens tout d’abord à préciser que notre service de Mulhouse détient un pourcentage de 25% de femmes… La preuve que le métier se féminise tout doucement. Au sein du service, le travail avec les collègues au masculin est le même que celui avec les collègues au féminin. Après, sur chantier, il ne faut pas être naïf non plus, la gente féminine peut être remarquée plus facilement que la gente masculine. Je peux vous raconter une anecdote aussi gênante pour moi que rigolote (avec du recul). Un matin, en sortant d’une réunion de chantier et avant de faire le tour des compagnons, un homme s’approche et me propose un café. Ayant un coup de barre après la réunion j’accepte bien volontiers, pensant qu’il s’agit d’une pause-café aux bungalows. Le voilà qu’il me propose son numéro pour que nous nous retrouvions un soir en ville… Gros malaise !!! Et tellement honteuse de m’être méprise… Je crois que je n’ai pas été très glorieuse dans mon échappée. J’ai souvenir d’un « Ah !!!En ville !!! Vraiment en ville ville ? Euh…oui euh mais euh c’est-à-dire que… » et pfiout !!! Une excuse bidon pour fuir. Ce n’est rien de méchant, mais ce genre de situation ne devrait pas se produire et surtout, j’aurais dû savoir le remettre gentiment à sa place. Disons que si la situation se représente, je saurais le faire. 😉On apprend aussi de ses erreurs ! Mais vraiment, pour celles que ça pourrait effrayer, du haut de ma jeune carrière, je n’ai absolument jamais eu de réflexions mysogines. Et, soyons honnête, je suis certaine qu’un homme travaillant dans un milieu exclusivement féminin vit la même chose qu’une femme dans un milieu exclusivement masculin.

 

Pensez-vous que le fait d’être une Femme puisse être un atout dans ce milieu ? Ou avez-vous la sensation de devoir travailler plus pour vous faire « respecter »?

Ce genre de question me gêne un peu, car elle laisse la porte ouverte aux mauvais esprits qui pourraient dire « ah ben oui, il faut féminiser donc on embauche des femmes en priorité ». Non, non et non ! Personne ne devrait mettre les bouchées doubles, travailler différemment ou avoir une chance d’embauche différente à cause d’un chromosome. Je ne suis pas naïve, je sais que si nous en parlons c’est que le phénomène existe malheureusement bel et bien…mais là encore, pas dans l’univers dans lequel j’évolue. Pour exemple, homme ou femme peu importe, la grille de salaires est basée sur des critères de formation initiale et d’expérience. De mon point de vue, mon meilleur atout pour gérer les différentes situations que je rencontre au quotidien n’a rien à voir avec le fait que je sois une femme, mais est lié à mon caractère. Je pense être quelqu’un de souriant, positif, déterminé et communiquant dans la vie. Je pense que c’est ce cocktail qui me permet d’avancer. Tout passe toujours mieux avec un sourire et une simple honnêteté avec les personnes avec qui nous traitons. Et ça, ce n’est pas valable que dans le monde professionnel !

 

Êtes-vous aussi féminine dans votre vie pro que dans votre vie perso ? 

D’un point de vue vestimentaire, c’est ce que je pensais avant d’entrer dans le monde professionnel. Pour la petite anecdote (oui, j’aime raconter des anecdotes). Une semaine avant mon arrivée dans l’entreprise, je m’étais clairement dit « fini les jupes et les jolis collants » et je m’étais acheté une chemise (une jolie chemise de fille mais… une chemise quand même). Mais en réalité… qui ça gêne si j’ai des talons et une jupe ? Personne ! Donc je m’habille bien comme j’en ai envie. Mais la féminité n’est pas qu’une histoire de talons, et là, j’ai personnellement eu tendance à vouloir trop protéger la Marie féminine qui est sensible et n’ose pas dire qu’elle adore les chatons. Je caricature (un peu, car mon chat(on) c’est quand même ma vie XD) mais au départ, je craignais de faire trop fille ou trop fleur bleue pour une chargée d’affaires génie-civil. Je ne partageais pas trop mes craintes et me cadenassais un peu en quelque sorte. Jusqu’au jour où les bonnes personnes m’ont fait les bonnes remarques au bon moment et où j’ai réconcilié la "Marie" de la vie pro et la "Marie" de la vie perso. J’ai même poussé le vice jusqu’à emmener le béton dans ma vie perso, non pas pour couler une dalle dans ma cave ou ma salle de bain, mais faire du béton créatif et avoir de jolis bijoux et objets de déco ! Donc oui je sais, le béton ça ne sonne pas très féminin et pourtant, il devient ce que nous voulons qu’il soit. Tout comme nous pouvons devenir ce que nous voulons être dans n’importe quel milieu.

 

Si vous aviez un message à faire passer aux Femmes qui souhaitent travailler dans un milieu majoritairement masculin, quel serait-il ?

Ne pas regarder les pourcentages. Juste regarder ce qui est au fond de vous et le laisser vous emmener à votre place sans laisser vos craintes et préjugés étouffer ça. Si j’avais écouté les craintes de mon propre papa, je ne serais pas ici aujourd’hui et croyez-moi, il sait bien maintenant que j’ai fait le bon choix 😉

 

Merci Marie pour votre témoignage, qui prouve en quelque sorte, que la réussite dans un milieu masculin n'est pas une affaire de "sexe", mais une affaire de compétences et de caractère avant tout.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.