OCTOBRE ROSE Séance photo & témoignage de Karine sur son cancer du sein

Posté dans : Séance photo 0

 

OCTOBRE ROSE

Séance photo & témoignage de Karine

sur son cancer du sein

 

À l’occasion d’Octobre Rose, j’ai eu le plaisir d’offrir une séance photo à Karine, rescapée du cancer du sein. C’était un projet qui me tenait vraiment à coeur et sur lequel j’ai eu beaucoup de plaisir de travailler avec Zohra, ma maquilleuse & coiffeuse. Nous lui avons offert un moment de bien-être et de reconnection à soi, mais surtout, c’est une invitation à réapprivoiser l’image de son corps et sa féminité. Voici le témoignage courageux de Karine qui a bien voulu nous raconter son histoire, illustré de quelques-uns de ses portraits :

 

  • Karine, vous avez été atteinte d’un cancer du sein en 2013. Après « des mois de traitements et de combat », vous êtes actuellement en rémission. Comment avez-vous découvert votre maladie ? Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie, dans votre couple, dans votre travail ?

En prenant ma douche, j’ai découvert une petite boule sur mon sein droit qui m’a paru banal en premier lieu sans inquiétude. Mais je n’ai pas tardé à consulter afin d’être rassurée. Mais la réalité fut plus rude et brutale, un “Tsunami” dans la vie d’une femme et maman de 39 ans où tout allait à merveille. Un mari, 2 beaux enfants et le train déraille brutalement... Un cancer du sein avec ablation du sein et des traitements lourds : chimiothérapie, radiothérapie pendant un an. Il a fallu cesser mon activité professionnelle sur le champ et bien-entendu, et mettre ma vie de couple entre parenthèse....

 

  • Vous êtes passée par la chimiothérapie. Comment avez-vous vécu votre traitement ? Quelles ont été « vos armes » pour traverser cette épreuve ? 

Les traitements commencés, la descente est rapide, on perd du poids, on perd ses cheveux 15 jours après le 1er traitement...l’apparence change très vite. La chirurgie est une étape difficile mais c’est paradoxal, car on est content qu’on nous enlève ce mal, mais en même temps il faut faire le deuil d’une partie de sa féminité. Pendant cette période, il est difficile de faire du sport, car il faut garder de l’énergie pour les autres choses de la vie quotidienne, et pour moi c’était très important de pouvoir rester une maman et de m’occuper de mes enfants comme je l’avais toujours fait. Se lever, s’occuper de soi est déjà un challenge dans la journée mais j’avais mes enfants encore petits (6 et 10 ans) qui avaient besoin d’une maman forte, je n’avais pas le droit de m'apitoyer sur mon sort. Mes enfants ont été ma force, je pense, j’en suis sûre. La traversé est compliquée, on maigrit, on n’a plus de cheveux et on ne se reconnait plus. Je ne me suis jamais regardée dans un miroir sans cheveux, car pour moi c’était une façon de me protéger, je crois. Je n’arrivais pas à accepter cette image de moi....trop difficile. Ma famille était à mes côtés, mais dans une épreuve comme celle-ci, je ne voulais pas tout partager, car cela me faisait encore plus de mal, alors je me battais intérieurement et je gardais beaucoup de ressenti au fond de moi. Chaque personne a des besoins différents pour affronter ce genre d’épreuve mais il faut s’écouter et ne faire que des choses qui font plaisir.... regarder devant soi et pas derrière, ne plus se poser des tonnes de questions pour lesquelles on ne veut pas forcément toutes les réponses.

 

PHOTOGRAPHE MULHOUSE

  • Vous avez aussi subi une ablation du sein, avez-vous eu le sentiment de perdre une partie de votre féminité ? Comment avez-vous vécu cette épreuve et quels conseils donneriez-vous pour aider d’autres femmes dans votre cas à se sentir Femme ou retrouver leur féminité ?

L’ablation paradoxalement est un soulagement dans un premier temps, car on t’enlève le mal qui est en toi, donc tu es soulagée, mais par la suite évidemment la féminité est ébranlée, il faut faire un deuil, on ne sera plus jamais la même. Mais on reste dans la perspective de la reconstruction, dès le premier jour de l’ablation et c’est ça qui fait tenir....Pour moi, je n’ai pas eu de reconstruction immédiate le même jour que l’ablation, car cela est impossible pour les personnes qui doivent avoir de la radiothérapie. Car il y a des risques de brûlures. Par la suite, j’ai eu une reconstruction complète par lipomodelage et c’est une étape cruciale dans la reconstruction personnelle, on a comblé à nouveau cette asymétrie. Et on apprend chaque jour qui se suit à s’aimer grâce à ces petits pas. Je voulais aussi saluer le professionnalisme et les compétences des médecins qui m’ont accompagnés dans ce combat : gynécologues, oncologue, chirurgien plasticien, infirmières et aides-soignantes qui ont un rôle important et pas des moindres.

 

  • Pendant votre maladie, avez-vous eu le sentiment que le regard des gens avait changé sur vous ? Si vous deviez leur dire quelque chose pour changer ce regard, quel serait votre message ?

Bien-sûr le regard des gens changent même si c’est avec beaucoup de respect...mais on ressent beaucoup de compassion et de peine des gens qui t’aiment. Malheureusement ils ne peuvent rien pour toi, ils ont espoir avec toi....J’ai eu beaucoup de messages de soutien... mais les gens sont dans la pudeur et le respect et n’abordent pas forcément le sujet si on ne les y emmène pas.

 

PHOTOGRAPHE ALSACE

  • Quels conseils donneriez-vous à une personne, qui comme vous, apprend du jour au lendemain qu’elle est touchée par cette maladie ?

Il n’y a pas de conseil pour affronter cela car personne n’est préparée à un diagnostic qui engage le pronostic vital.....mais au fond de soi même on a l’espoir et l'instinct de survie qui surgissent.

 

  • Avez-vous lu des livres, suivi des blogs et participé à des associations, qui vous ont aidé à traverser cette épreuve ?

Pour ma part, j’allais faire mes traitements à l’Hôpital, je consultais mes médecins, mais une fois cela terminé, je rentrais chez moi et je ne voulais plus parler de ça toute la journée ...pour moi c’était vital...une forme de protection, afin d’éviter de ne pas être qu’une personne malade...non j’étais aussi une femme et une maman et je devais continuer à tenir ses rôles. C’est un peu comme si on est au fond du ravin et qu’il faut remonter chaque jour “rocher après rocher”.

 

  • Aussi dure soit cette épreuve, pouvez-vous dire aujourd’hui qu’elle vous a apporté quelque chose de bénéfique ? De nouvelles rencontres ? Une autre manière de voir la vie ?

Oui, je peux dire qu’aujourd’hui JE NE SUIS PLUS LA MÊME, je vis pour les choses importantes de ma vie et chaque moment à un goût intense. Chaque matin je savoure le moment d’être avec mes enfants, ma famille, mes amis etc. Je profite de la vie “au jour le jour” et ne me projette plus trop loin, uniquement l’instant présent.

 

SHOOTING PHOTO

  • Pensez-vous que nous sommes assez bien renseignées vis à vis du cancer du sein ? Si vous aviez un message de prévention aux jeunes filles, quel serait-il ?

Je pense que nous ne sommes jamais assez renseignés sur telle ou telle maladie, la prévention passent par l’information et il faut continuer à dire qu’il n’y a pas de profil type....surveillez-vous sans faire une obsession.

 

  • Un dernier mot pour la fin ?

Un Grand Merci de libérer la parole sur des sujets aussi sensibles pour les femmes, grâce à toi Efi, on peut mettre des mots sur des Histoires, comme tu le dis si bien, extraordinaires, mais que beaucoup de femmes vivent et des Hommes aussi. Gardons l’espoir et battons-nous ensemble contre cette maladie.

 

Si vous souhaitez, comme Karine, vous offrir un instant de bien-être et de beauté :

Prendre RDV

 

MERCI !

SEANCE PHOTO

Chère lectrice, cher lecteur, merci de m’avoir lue jusqu’au bout, en espérant que cet article vous aura plu. N’hésitez-pas à me laisser en commentaire vos avis, envies, questions…

➡️Retrouvez mon actu sur les réseaux sociaux et découvrir la femme derrière la caméra. J’y parle de la vie de femme entrepreneure, de voyage, de cuisine, de mode & beauté et de vie éco-responsable, le tout à travers de jolies photos (cliquez sur la photo ci-dessous)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.